Environnement

Le confortement de la digue de Croissy en enquête publique

L’enquête se déroule du lundi 25 avril au vendredi 3 juin inclus, dans les communes de Bougival, Chatou, Croissy sur Seine (78) et Rueil-Malmaison (92)

La demande est présentée par Voies navigables de France (VNF), qui a budgété plus de dix millions d’euros pour ces travaux.

La digue qui relie les iles de Chatou et de Bougival a été fragilisée par le temps et les crues successives. Son confortement est donc nécessaire afin de sécuriser la navigation fluviale.

Ces travaux comportent des enjeux de biodiversité par le choix des aménagements des berges et d’ouverture au public de la partie haute de la digue.

Nous vous invitons à prendre connaissance du dossier et à vous exprimer sur ces enjeux.

> L’information légale (PDF)
> Le dossier

4e édition du budget participatif de la Région

La Région Île-de-France lance la 4ème édition de son  budget participatif écologique et solidaire.

D’ici le 14 avril 2022, les Franciliens peuvent  proposer des projets locaux à dimension environnementale autour de six  thématiques principales :

  • L’alimentation,
  • Les espaces verts et la biodiversité,
  • Le vélo et les mobilités propres du quotidien,
  • La propreté, la prévention et gestion des déchets et l’économie circulaire,
  • Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique,
  • La santé environnementale.

Les projets proposés par les associations pourront bénéficier d’un financement compris entre 1.000 et 10.000 euros selon des barèmes préétablis couvrant les dépenses d’investissement TTC.

Les projets éligibles seront soumis au vote des Franciliens en septembre en vue d’un financement courant novembre, à condition d’avoir reçu un avis favorable de la part de la commune où est prévu l’investissement.

Pour en savoir plus : le site de la Région

Consultation citoyenne pour le Projet de Territoire

Afin de définir les actions que mettra en œuvre l’Agglomération de Saint-Germain / Boucles de Seine dans les prochaines années, les élus du Territoire élaborent actuellement deux documents d’orientations fondamentaux : le Projet de Territoire et le Plan Climat.

Le premier fixe la feuille de route politique de l’Agglomération quand le deuxième vise à imaginer des solutions concrètes et opérationnelles pour répondre aux enjeux environnementaux. Une fois approuvés, ces documents constitueront une base pour mettre en œuvre les projets de la communauté d’Agglomération.

Jusqu’au 15 octobre, les habitants de l’Agglomération sont invités à enrichir ces documents de leurs contributions. Le Cadeb vous invite à participer à cette consultation.

Renseignements sur le site de l’Agglo : https://www.saintgermainbouclesdeseine.fr/consultation-citoyenne-pour-le-projet-de-territoire/

 

Stop à la bétonisation du Chemin de ronde à Croissy-sur-Seine

La mairie de Croissy envisage d’accepter un nouveau projet d’habitation collective sur le terrain dit « réserve foncière », situé sur le Chemin de ronde entre les résidences Nafilyan et Moulin vert. Dans cet espace seraient construits 100 logements et une maison médicale.

L’Association du Chemin de ronde et l’ensemble des riverains s’opposent fermement à toute bétonisation supplémentaire et à toute nouvelle construction immobilière sur le Chemin de ronde.

Nous proposons de maintenir cet espace vert comme un espace naturel, qui pourrait être transformé en jardin en permaculture ou agriculture citadine, en relation avec les restaurateurs locaux. En effet, le Chemin de ronde a déjà dépassé son seuil de saturation avec plus de 850 logements construits ou en cours de construction dans son secteur.

Nous avons besoin de la mobilisation de tous, aussi merci de signer et de diffuser cette pétition. Les résultats en seront adressés à la mairie de Croissy, à  la députée de Croissy, et à  la préfecture des Yvelines.

Le Cadeb vous invite à signer la pétition lancée par l’association du Chemin de ronde.

La centrale hydroélectrique de Bougival en enquête publique

Du 29 mars au 30 avril,  la Préfecture organise une enquête publique sur  le projet de microcentrale hydroélectrique à Bougival. Les permanences du commissaire enquêteur se tiendront dans les mairies de Bougival et de Croissy-sur-Seine.

Le projet porté par VNF consiste à installer deux turbines dans une écluse désaffectée. La production de la centrale est estimée à 7100 MWh/an. Soit l’équivalent de la consommation (hors chauffage) de 6048 habitants, selon l’ADEME.

Le dossier présenté vise à répondre aux questions suivantes : quel sera l’impact environnemental du projet, pendant la phase construction et dans la durée, sur la biodiversité du site et le paysage (contexte patrimonial de la machine de Marly) ? Quel est le bilan énergétique et financier global de l’opération ?

L’association « Patrimoine & Urbanisme » de Bougival a déposé une contribution.

La Région appelle les franciliens à voter pour des projets environnementaux

Du 10 février au 8 mars 2021, les franciliens sont appelés à voter pour sélectionner des projets déposés par des collectivités ou des associations, en vue de préserver notre environnement et d’améliorer notre qualité de vie. Les projets retenus bénéficieront d’un soutien de la Région dans le cadre du budget participatif, écologique et solidaire (2ème session). Pour les associations, ce soutien ira de 1.000 et 10.000 euros HT pouvant couvrir 100 % des dépenses d’investissement.

Plusieurs associations membres du Cadeb ont déposé des projets ; nous vous invitons à en prendre connaissance et à les soutenir par votre vote :

Nous vous invitons aussi à découvrir les projets déposés par d’autres associations et les communes de notre territoire et à les soutenir : https://budgetparticipatif.smartidf.services/project/le-budget-participatif-ecologique-2eme-session/selection/vote-des-franciliens

Pour éviter les fraudes, il faut préalablement créer votre compte sur la plateforme. Il est possible de voter pour plusieurs projets.

Non à de nouvelles coupes en forêt de Saint-Germain

L’Office national des forêts (ONF) s’apprête à effectuer des coupes le long du tracé du Tram 13 express, pour créer « une lisière forestière étagée » sur une profondeur de 30 mètres en forêt de Saint-Germain.

L’association Ensemble pour l’environnement de Saint-Germain-en-Laye et de sa région (EPESG) a engagé un recours gracieux contre l’arrêté autorisant les travaux auprès du préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot.

Le Cadeb  est également opposé au projet et vient d’adresser un recours gracieux au Préfet du département.

Bientôt des équipements pour Sol majeur, terrain partagé à Sartrouville ?

Du 18 septembre au 2 octobre, les franciliens  sont appelés à voter pour sélectionner les projets qui bénéficieront d’un soutien de la Région dans le cadre du premier du budget participatif, écologique et solidaire doté de 100 millions d’Euros.

Avec l’aide de l’association agriurbaine Plaine d’avenir 78, les « Jardineurs Sartrouvillois » ont déposé cet été un dossier pour mieux équiper Sol Majeur, un éco-lieu créé à Sartrouville sur un terrain communal en bordure de Seine. Un lieu de partage des savoir-faire et d’expérimentation via le jardinage, le bricolage, le surcyclage, à disposition des écoles et de toute personne souhaitant faire sa part, localement. Les Jardineurs Sartrouvillois est une association eco-solidaire créée en avril 2018 à Sartrouville. Le mot « Jardineur » est la réunion des mots Jardinier et Bricoleur.
Pour pouvoir proposer un meilleur accueil aux adhérents, visiteurs et aux enfants des écoles et des centres de loisir, l’association souhaite effectuer un forage pour satisfaire ses besoins en eau, installer une éolienne ainsi que des panneaux solaires et acheter des outils de jardinage.  La demande de soutien, à hauteur de 10.000 Euros, porte aussi sur l’installation de trois ruches et la formation de deux apiculteurs amateurs.

Le Cadeb vous propose de soutenir ce projet parmi les 477 propositions (possibilité de voter pour plusieurs projets).

> En savoir plus sur le projet et voter
> Comment voter (fiche pratique)

Dernière nouvelle :

Le projet « Sol majeur » a bénéficié d’un soutien à hauteur de 10.000 euros.  Au total, 17 projets du territoire des Boucles de Seine seront subventionnés pour un montant d’environ 245 000€.

La Région Île-de-France lance son premier budget participatif écologique et solidaire

L’annonce en a été faite le 30 juin par la présidente de Région, Valérie Pécresse. Dans le cadre d’un budget participatif doté d’une enveloppe de 100 M€,  les Franciliens pourront  proposer des projets locaux à dimension environnementale autour de cinq  thématiques principales :

  • Alimentation, biodiversité, espaces verts
  • Vélo et mobilités propres
  • Propreté, prévention et gestion des déchets, économie circulaire
  • Énergies renouvelables et efficacité énergétique
  • Santé environnementale.

Le dépôt des dossiers s’effectuera jusqu’au 14 août 2020. Tous les Franciliens – regroupés en personnes morales –, les associations, mais aussi des entreprises ou encore des acteurs publics ou privés, pourront candidater.

Ce seront ensuite les Franciliens (de plus de 15 ans) qui voteront pour choisir les projets.  Les votes se feront en ligne, entre le 18 septembre et le 14 octobre prochain.

C’est à l’issue des votes des habitants – et de la validation préalable des maires concernés – que la Région engagera le financement « jusqu’à 100 % » des investissements dans les projets écologiques locaux allant jusqu’à 10.000 euros.

> https://www.iledefrance.fr/lancement-du-budget-participatif-ecologique-et-solidaire-de-la-region-ile-de-france

ONG et scientifiques demandent l’interdiction des fongicides à base de SDHI

Les ONG « Nous voulons des coquelicots, Générations futures et France nature environnement (FNE) » ont envoyé ce 21 janvier un courrier à l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) pour lui demander de retirer l’autorisation de trois produits à base de SDHI largement utilisés en agriculture.

Dans le même temps, quelque 450 scientifiques ont appelé dans une tribune publiée dans la presse  à « mettre en œuvre au plus vite l’arrêt de l’usage des SDHI en milieu ouvert », estimant que les dernières études « laissent prévoir le risque additionnel chez l’homme d’une catastrophe sanitaire liée à leur usage ».

Ces pesticides altéreraient la respiration des cellules de champignons, d’abeilles mais aussi des êtres humains.

En cas de réponse négative ou de non-réponse dans les deux mois de l’Anses, les ONG saisiront le tribunal administratif pour obtenir le retrait des autorisations de mise sur le marché, à l’instar d’une récente décision concernant deux pesticides accusés de présenter un risque pour les abeilles.

Pour en savoir plus :