La Tangentielle Nord oubliée ?

Ne cherchez pas la Tangentielle ferrée Nord dans le contrat de plan Etat –Région pour 2015-2020 (CPER) qui vient d’être adopté par le conseil régional : c’est le grand absent de ce document qui fixe les priorités d’investissements ferroviaires pour les cinq années à venir.

Plus de sept milliards vont être consacrés aux investissements ferroviaires en Ile-de-France d’ici 2020, une somme conséquente qui permettra la modernisation du réseau existant et le lancement de nouveaux projets. Un rythme soutenu, mais encore insuffisant pour répondre aux attentes immédiates des usagers, rattraper le retard accumulé depuis des décennies et préparer l’avenir.

Sur notre territoire, en plus de la modernisation du RER A, le contrat signé entre l’Etat et la région permettra de lancer la réalisation du prolongement à l’ouest du RER E (Eole), la phase 1 de la Tangentielle Ouest entre Saint-Cyr l’Ecole et Saint Germain en Laye, et même les études pour la ligne nouvelle Paris Normandie, un projet pour les décennies à venir.

Quant à la Tangentielle Nord, pas moins de trois raisons peuvent être avancées pour expliquer la modicité des sommes allouées à ce projet d’ici 2020, pour des « études et acquisitions foncières avec le cas échéant le lancement des premiers travaux  » .

La première est d’ordre technique : les « déboires » et « retards » de la phase 1 Epinay /Le Bourget » nécessiteraient une « actualisation » des études avant de lancer la réalisation de la phase 2, c’est-à-dire les prolongements Ouest et Est, vers Sartrouville et Noisy-le-Sec.

L’autre explication fournie par la Région est d’ordre financier : le coût du projet, estimé à 1,4 milliards. S’il était inscrit dans le plan 2015-2020, il représenterait près du quart du CPER, ce qui se ferait au détriment d’autres projets.

Troisième explication avancée notamment par l’association des usagers des transports (AUT) : un déficit de portage politique de la part des trois départements concernés (78, 95 et 93) alors que deux d’entre eux (93 et 95) avaient participé financièrement ( bien que modestement) à la phase 1. Rien de prévu pour la phase 2, au moment où les Yvelines contribuent de façon conséquente à la Tangentielle Ouest. Les communes des Yvelines et du Val d’Oise verraient-elles d’un mauvais œil l’arrivée d’une population non désirée en provenance du 93? Certains le pensent .

Quelle explication retenir? Probablement un mix des trois. Faut-il pour autant désespérer et redouter l’abandon du projet? Ce n’est pas l’option la plus probable car la Tangentielle Nord continue de bénéficier d’un large consensus, qui s’est encore manifesté lors du vote du CPER au conseil régional.

Pour sa part, le Cadeb continuera à être vigilant à ce que les engagements pris soient tenus.

Le Bureau du Cadeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *