Solidarité avec les sinistrés

Maraichers et riverains de la Seine vivent des moments difficiles du fait des précipitations importantes intervenues ces jours derniers. Nous leur exprimons notre solidarité et notre soutien.

Des récoltes submergées par des pluies diluviennes, l’impossibilité de planter dans des terres gorgées d’eau, une consommation atone du fait de la température fraiche, cette fin de printemps est catastrophique pour les maraichers de la plaine de Montesson.

Début juin, la Seine en crue a envahi les champs à la « plaine sur l’eau » à Carrières sur-Seine et en bordure de fleuve au Mesnil-le-Roi. Impossible pour le moment de chiffrer les dégâts ni d’évaluer les conséquences, mais il faut s’attendre au pire.

Pour les riverains de la Seine, la montée des eaux a été rapide, plus que prévu, et inexorable, à Port-Marly et Bougival, sur l’ile de la Loge, et à Montesson.

Dans cette commune, le quartier de la Borde a été sévèrement impacté. Une centaine de maisons a été inondée, avec des coupures de courant touchant la moitié d’entre elles. L’action des services municipaux et des associations, « Qualité de vie de la Borde » notamment, a été exemplaire pendant cette période difficile.

De quoi relancer un dossier en attente : celui du financement de la prolongation à Montesson de la digue de Sartrouville. Celle-ci, édifiée dans les années 1965-1970 et récemment consolidée, a permis aux habitants de cette commune d’échapper aux inondations. Elle s’arrête… aux limites communales!

Rien à voir toutefois avec la crue de 1910, avec des niveaux d’eau supérieurs de près de deux mètres à ceux constatés cette année au plus fort de l’épisode. Les habitants de Sartrouville, comme des centaines de milliers en Ile-de-France, auraient été inondés.

Les digues et les bassins de rétention ne sont pas des solutions miracles. L’an dernier FNE Île-de-France avait organisé un colloque sur la prochaine crue dite centennale, réunissant de nombreux spécialistes et un large public. Une réflexion sur l’urbanisation en bord de fleuve qu’il conviendra de poursuivre dans les mois à venir.

Le Bureau du Cadeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *