Quel avenir pour la Plaine ?

La question n’est pas nouvelle mais revient à l’ordre du jour. Depuis des décennies la plaine de Montesson fait l’objet de nombreuses convoitises de la part d’aménageurs qui voudraient bien urbaniser ces centaines d’hectares de terres maraîchères en raison de leur proximité avec la Défense et Paris.

Au contraire, pour les habitants de la boucle de Montesson, la préservation de la plaine maraichère est la garantie de préserver un environnement de qualité avec sa biodiversité et une maîtrise du trafic routier, des activités économiques et par conséquence des pollutions de l’eau, de l’air et du bruit.

Le Cadeb ne cesse, depuis 20 ans, de défendre la pérennité des activités maraîchères et des espaces naturels à l’occasion de l’élaboration des différents documents d’urbanisme à l’échelle communale (PLU), régionale (SDRIF) et dernièrement intercommunale (SCOT).

Pour le Collectif, la contribution du territoire à l’effort de construction de logements doit se faire par la reconstruction de la ville sur la ville. Or, malgré les efforts du Collectif, la superficie de la Plaine n’a cessé de diminuer, avec en 2015 dans le cadre du SCOT, une ponction d’une centaine d’hectares destinés à l’urbanisation.

Toutefois, la pérennisation de l’activité maraîchère est maintenant inscrite dans les documents d’urbanisme et la Plaine est récemment devenue l’un des douze espaces agri-urbains de l’Ile de France.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car dernièrement l’Etat vient de proposer aux collectivités locales et acteurs économiques un Contrat d’intérêt national (CIN) portant sur l’activité agricole, les logements et les équipements dans la Plaine de Montesson.

Face à ce nouvel enjeu, le Cadeb soutient le projet de territoire de l’association Plaine d’Avenir 78 qui devrait permettre de pérenniser aussi bien les activités agricoles que les espaces naturels, en préservant le cœur de Plaine mais aussi la plus grande partie des franges. .

La démarche d’Agenda 21 récemment adoptée par la ville de Montesson va également dans le bon sens. Elle permet d’associer les habitants à la définition de l’avenir de leur territoire, et à la mise en œuvre d’actions concrètes. Elle a montré l’attachement des habitants à ces espaces libres d’urbanisation et la volonté de préserver et valoriser cette Plaine. Un territoire si particulier qu’il intéresse des chercheurs, dans le cadre d’un programme régional.

Le Bureau du Cadeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *