Le PLU de Maisons-Laffitte en enquête publique

mlDu lundi 17 octobre au vendredi 18 novembre, les habitants de Maisons-Laffitte sont invités à participer à l’enquête publique relative au projet de Plan local d’urbanisme (PLU)  de la commune. Le dossier est consultable sur place, en mairie, aux jours et heures d’ouverture habituelles.

On peut également en prendre connaissance sur le site internet de la ville.

Le commissaire enquêteur tiendra quatre permanences, le lundi 17 octobre 2016 de 8 h 30 à 11 h 30, le samedi 5 novembre 2016 de de 8 h 30 à 11 h 30, le mardi 15 novembre 2016 de 14 h 30 à 17 h 30, le vendredi 18 novembre 2016 de 14 h 30 à 17 h 30.

Le public pourra consigner ses observations, propositions et contre-propositions, sur le registre ouvert à cet effet ou les adresser par écrit au commissaire enquêteur, en mairie.

En tant que personne morale associée à l’élaboration du projet, le Cadeb et ses associations membres à Maisons-Laffitte, Réseau vélo 78  et Maisons-Laffitte développement durable, ont exprimé un avis qui est joint au dossier. Vous pouvez en prendre connaissance utilement.

Zac Princesse au Vésinet : une dérogation pour les espèces protégées ?

Parc PrincesseLe public est appelé à donner son avis du 4 au 24 octobre inclus sur la demande de dérogation « espèces faunistiques protégées »  présentée par « Grand Paris aménagement », aménageur du parc Princesse au Vésinet (Yvelines).

Sur les 18,3 hectares du site, le projet prévoit la construction d’environ 450 logements dont 210 logements sociaux, des commerces, un gymnase, des structures d’accueil pour personnes âgées ou associations ainsi que l’extension d’un groupe scolaire et d’une crèche.

Le projet architectural et paysager se veut « respectueux du territoire, du patrimoine et de l’identité des lieux ». Il impactera toutefois le milieu forestier et aquatique du site, sur lequel vivent des espèces protégées : insectes, oiseaux, mammifères, amphibiens.

Les mesures d’évitement et de réduction permettront de limiter une grande majorité des destructions potentielles d’individus identifiés lors de l’étude d’impact, notamment par la préservation de la plupart des arbres présents sur le site. Pour les impacts résiduels, l’aménageur présente auprès des autorités environnementales une demande de dérogation pour « la destruction d’espèces protégées et la destruction de leurs habitats de reproduction, de repos et/ou de nourrissage. »

Le dossier complet est consultable à l’adresse : http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/1678A_ZAC_princesse_dossier_demande_dero.pdf

Les observations peuvent être formulées sur l’espace dédié, à l’adresse : http://enqueteur.driee-ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=23445&lang=fr

Maisons-Laffitte : Vivalto acquiert l’hôpital des courses

chcLe centre hospitalier des Courses (CHC) change encore de main. Un accord vient d’intervenir entre Korian, repreneur de l’établissement en redressement judiciaire il y a deux ans et le groupe Vivalto santé, pour le rachat du CHC. Selon cet accord les activités médicales avec la gériatrie sont maintenues avec notamment un « hôpital de jour » et des consultations ainsi que le service des urgences. Dans un communiqué, Jacques Myard, député-maire de Maisons-Laffitte, précise que l’accord « a reçu l’aval de l’Autorité Régionale de Santé (ARS), ce qui prouve qu’elle reconnait l’utilité du CHC dans son territoire, c’est là un atout important pour plus de 120 000 habitants. » D’après le député–maire, la question sociale est préservée grâce au maintien d’une grande partie du personnel sur place et pour les autres une réaffectation au sein du groupe Korian. De son côté, le groupe Vivalto se présente comme un des leaders de l’hospitalisation privée, avec un réseau de 16 établissements de santé privés, dont la clinique de l’Europe à Port-Marly (Yvelines). En 2002, le Cadeb s’était mobilisé pour le maintien d’urgences de proximité sur le territoire, recueillant près de 6000 signatures qui ont contribué à l’ouverture d’un service d’urgences au CHC.

Déboisement : la SNCF a eu la main lourde

StNom_r8Cet été, la SNCF a déboisé les talus longeant la ligne L2 Paris-Saint-Lazare / Saint-Nom-la –Bretèche, sur les communes de Louveciennes, Marly-le-Roi, l’Etang-la-Ville et Saint-Nom-la –Bretèche. Les usagers demandent des trains qui partent et arrivent à l’heure : personne ne contestera donc la nécessité pour la SNCF d’entretenir les abords des lignes afin d’éviter les chutes d’arbres sur les voies en cas d’intempéries et la présence de feuilles sur les rails en automne. Toutefois, les travaux ont été effectués avec une telle brutalité que les riverains parlent de massacre et désastre, et les photos leur donnent raison : des talus mis à nu, y compris en contrebas des voies sur plus d’une dizaine de mètres, et la végétation coupée à ras y compris dans les gares, créant des paysages de désolation. Alors que l’an dernier les riverains de la ligne L2 avaient pu « limiter les dégâts » en se manifestant auprès de la SNCF avec le soutien des communes de Bougival et la Celle-Saint-Cloud, cette année ils ont été pris de court, ne pouvant que constater après coup les dégâts. C’est sans doute l’occasion pour tous les riverains de la ligne et les associations de s’organiser en concertation avec les mairies. Il est temps que la SNCF change ses pratiques, au bénéfice d’une politique durable plus respectueuse de l’environnement et du bien-être des habitants.

Une pétition pour demander le classement de la forêt de Saint-Germain

WP_20151013_15_52_26_ProL’association des Amis de la forêt de Saint Germain et de Marly a lancé une pétition pour demander le classement de la forêt de Saint-Germain-en-Laye en « forêt de protection ». Ce statut juridique spécifique garantirait une protection quasi-totale contre les atteintes à la forêt (art.L141-2 Code Forestier), alors que fleurissent les projets en tous genres (tram-train de la Tangentielle Ouest, avec connexion à Saint Germain RER, projets immobiliers sur les lisières,  projet de Port Seine Métropole Ouest en bordure d’Achères, Ligne Nouvelle Paris Normandie, …)  Pour l’association des Amis de la forêt (voir lettre du Cadeb de janvier 2016), l’objectif de l’obtention du statut de forêt de protection vise à faire en sorte que ces projets « respectent notre patrimoine commun ». De plus, la procédure de classement est aussi « l’opportunité d’engager une réflexion plus globale sur la gestion forestière pratiquée, les enjeux environnementaux ou l’accueil du public ».  Exprimée depuis 2003 par l’association, la demande de classement est au point mort. Relancée avec cette pétition, elle vient de recevoir le soutien du sénateur Gournac, qui a écrit au Ministre de l’agriculture en ce sens.

La forêt de Saint-Germain-en-Laye s’étend sur 3.500 hectares, à 20 km de Paris, dans les Yvelines. Longtemps propriété des rois de France qui y organisaient leurs parties de chasse, elle accueille environ 3 millions de visites par an.  La plupart des grandes forêts péri-urbaines d’Ile de France sont déjà des forêts de protection : Sénart (1995), Fontainebleau (2002), Fausses-Reposes (2007), Rambouillet (2009). Le classement de la forêt de Meudon semble en bonne voie.

> Pour signer la pétition

Débat public sur le projet Europacity

VISUEL_SITEJusqu’au 13 juillet prochain, la commission nationale du débat public (CNDP) organise un débat sur le projet Europacity, porté par Immochan. La filiale du groupe Auchan envisage d’ouvrir en 2024, sur 80 ha de terres agricoles du Triangle de Gonesse (Val d’Oise), un immense centre commercial, culturel et de loisirs, relié au centre de Paris par la future ligne 17 du métro. Un projet de 3,1 milliards d’euros d’investissement sur 630 000 m2 qui vise à accueillir 30 millions de visiteurs par an.  Ce projet pharaonique est contesté par les associations environnementales locales, avec le soutien de FNE Ile-de-France. Elles le jugent destructeur d’emplois, et fatal à la préservation de l’environnement due aux générations futures.

> Le site du collectif opposé au projet
> Pour déposer un avis sur le site du débat public

A Cormeilles, l’extraction du gypse pourrait continuer en souterrain

P1060626En 2016, les possibilités d’extraction à ciel ouvert du gypse dans la carrière « Lambert » à Cormeilles-en-Parisis seront épuisées. Afin de pérenniser son activité sur le site, avec notamment une usine qui emploie 150 salariés pour la fabrication de plâtre, l’entreprise Placoplatre a demandé l’autorisation de continuer l’exploitation en souterrain sous la butte des bois de Cormeilles pour une durée de 30 ans. L’extraction du gypse s’effectuera en creusant entre 50 et 80 m sous terre des galeries de 8 m de large, en laissant entre elles des piliers carrés de 10 m de côté. Les galeries sont remblayées au fur et à mesure pour une mise en sécurité définitive. D’après les études effectuées à la demande de Placoplatre, l’exploitation souterraine sera sans impact sur les infrastructures de surface (habitations , équipements publics, routes), la forêt et les promenades. Quant à la carrière à ciel ouvert, elle sera comblée peu à peu, afin de créer un espace naturel. Dès 2017, 40 hectares seront ouverts au public par l’agence des Espaces Verts de la région Ile-de-France (AEV). La remise en état définitive du site est prévue à l’horizon 2030, et un grand parc régional, constitué d’une centaine d’hectares réaménagés, ouvrira alors. Le projet d’exploitation en souterrain du gypse et de remise en état de la carrière à ciel ouvert est proposé et soumis à enquête publique du 2 mai au 2 juin.

> Enquête publique

> Pour en savoir plus

> L’avis du CADEB

Tangentielle Nord : le tronçon central, entre Epinay et le Bourget, est sous tension

03_La-ligne-Aérienne-de-Contact-sous-tension-dès-le-27-avrilLes travaux sont terminés sur les premiers 11 kilomètres de la Tangentielle Nord, entre Epinay et le Bourget. Les ponts sont construits et les rails sont posés. Depuis le 27 avril,  les lignes aériennes qui alimenteront en courant les rames ont été mises sous tension.  Dès à présent, les premiers trains commencent à circuler, et à partir de juillet, vont débuter les essais en situation réelle, avec des rames toutes les 10 minutes. Ces essais vont durer un an, avant l’ouverture aux voyageurs prévue mi-2017.  Le projet de Tangentielle Nord (TLN) consiste à créer sur 28 km deux voies dédiées au transport de voyageurs, contiguës aux voies de la ligne actuelle de fret de « grande ceinture », en desservant 14 gares dont 6 nouvelles. Avec un temps de parcours d’environ 33 mn entre Sartrouville et Noisy-le-Sec, contre 1 heure 30 actuellement, la nouvelle liaison par train léger (Tram-train) vise à relier les territoires du Nord francilien, sans passer par Paris, et assurer des correspondances régulières avec les lignes existantes, notamment les cinq lignes de RER. Marc Pélissier, président de l’Association des usagers des transports (AUT) d’Ile-de-France, soutient le projet depuis l’origine et plaide maintenant pour le prolongement de cette ligne à l’Est jusqu’à Noisy-le-Sec et à l’Ouest jusqu’à Sartrouville (Yvelines). Les études sont faites, les acquisitions foncières sont en cours. Mais reste à trouver le financement… d’environ 1 Mds €.

Pour en savoir plus : http://www.tangentiellenord.fr/

Collectif d’Associations pour la Défense de l’Environnement dans les Boucles de Seine / Saint-Germain-en-Laye

Agenda

Samedi 18 février

Journée de la Monnaie à Carrières sous Poissy.

Samedi 25 février

Assemblée générale du Cadeb, suivie d’une table ronde. Dans la maison du parc départemental de Montesson, à partir de 9h15. Inscription requise auprès du Cadeb.

Dimanche 26 février

Projection du film de Luc Jacquet « Il était une Forêt », suivie d’un débat avec le botaniste Francis Hallé. Evènement rare organisé par l’association Patrimoine & Urbanisme. A 17h , au Cinéma du Théâtre – 8E Avenue Charles de Gaulle, La Celle-Saint-Cloud

Dimanche 19 mars

Sortie vélo avec Réseau Vélo 78 au parc des Chanteraines à Gennevilliers. Renseignements : http://www.reseauvelo78.org/