ONG et scientifiques demandent l’interdiction des fongicides à base de SDHI

Les ONG « Nous voulons des coquelicots, Générations futures et France nature environnement (FNE) » ont envoyé ce 21 janvier un courrier à l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) pour lui demander de retirer l’autorisation de trois produits à base de SDHI largement utilisés en agriculture.

Dans le même temps, quelque 450 scientifiques ont appelé dans une tribune publiée dans la presse  à « mettre en œuvre au plus vite l’arrêt de l’usage des SDHI en milieu ouvert », estimant que les dernières études « laissent prévoir le risque additionnel chez l’homme d’une catastrophe sanitaire liée à leur usage ».

Ces pesticides altéreraient la respiration des cellules de champignons, d’abeilles mais aussi des êtres humains.

En cas de réponse négative ou de non-réponse dans les deux mois de l’Anses, les ONG saisiront le tribunal administratif pour obtenir le retrait des autorisations de mise sur le marché, à l’instar d’une récente décision concernant deux pesticides accusés de présenter un risque pour les abeilles.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *