Environnement

Vertemaligne étend son territoire d’action

talusNée en 2015 à Bougival et la Celle-Saint-Cloud à l’initiative de quelques riverains des voies SNCF, Vertemaligne vient d’essaimer à Louveciennes et l’Etang-la-Ville, suite aux travaux de déboisement effectués en 2016 aux abords de la ligne L2 qui relie Paris Saint-Lazare à Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines).

Vertemaligne, sans contester la nécessité d’entretien des talus et autres emprises ferroviaires, demande la préservation de la biodiversité sur ces espaces qui constituent un corridor écologique de grand intérêt.

A l’Etang-la-Ville, les riverains, en grand nombre, ont dénoncé des coupes excessives effectuées cet été, l’utilisation de produits phytosanitaires, la mauvaise gestion du chantier, l’absence de concertation…

Pour se faire entendre, ils ont pris l’initiative d’une pétition adressée au Maire de leur commune. Ils lui demandent d’intervenir auprès de la SNCF pour faire assurer la bonne fin du chantier. Concernant la revégétalisation des espaces mis à nu, ils préconisent  que « la commune prenne en concession des parties de l’emprise SNCF, pour préserver et entretenir convenablement ce corridor écologique sur la commune de L’Etang-la-Ville. ». Vous pouvez les appuyer dans leur démarche en signant leur pétition.

Fin novembre, Vertemaligne et le Cadeb ont rencontré Espaces, association d’insertion par l’écologie urbaine, afin d’envisager les synergies possibles. L’association  a une  longue expérience de gestion et d’entretien de talus ferroviaires, et mène en ce moment une concertation d’acteurs en vue de l’élaboration d’un contrat Trame verte et bleue du corridor écologique Ouest parisien. Une première réunion est prévue le 13 décembre.

> Signer la pétition
> Site de l’association Espaces

Déboisement : la SNCF a eu la main lourde

StNom_r8Cet été, la SNCF a déboisé les talus longeant la ligne L2 Paris-Saint-Lazare / Saint-Nom-la –Bretèche, sur les communes de Louveciennes, Marly-le-Roi, l’Etang-la-Ville et Saint-Nom-la –Bretèche. Les usagers demandent des trains qui partent et arrivent à l’heure : personne ne contestera donc la nécessité pour la SNCF d’entretenir les abords des lignes afin d’éviter les chutes d’arbres sur les voies en cas d’intempéries et la présence de feuilles sur les rails en automne. Toutefois, les travaux ont été effectués avec une telle brutalité que les riverains parlent de massacre et désastre, et les photos leur donnent raison : des talus mis à nu, y compris en contrebas des voies sur plus d’une dizaine de mètres, et la végétation coupée à ras y compris dans les gares, créant des paysages de désolation. Alors que l’an dernier les riverains de la ligne L2 avaient pu « limiter les dégâts » en se manifestant auprès de la SNCF avec le soutien des communes de Bougival et la Celle-Saint-Cloud, cette année ils ont été pris de court, ne pouvant que constater après coup les dégâts. C’est sans doute l’occasion pour tous les riverains de la ligne et les associations de s’organiser en concertation avec les mairies. Il est temps que la SNCF change ses pratiques, au bénéfice d’une politique durable plus respectueuse de l’environnement et du bien-être des habitants.

Une pétition pour demander le classement de la forêt de Saint-Germain

WP_20151013_15_52_26_ProL’association des Amis de la forêt de Saint Germain et de Marly a lancé une pétition pour demander le classement de la forêt de Saint-Germain-en-Laye en « forêt de protection ». Ce statut juridique spécifique garantirait une protection quasi-totale contre les atteintes à la forêt (art.L141-2 Code Forestier), alors que fleurissent les projets en tous genres (tram-train de la Tangentielle Ouest, avec connexion à Saint Germain RER, projets immobiliers sur les lisières,  projet de Port Seine Métropole Ouest en bordure d’Achères, Ligne Nouvelle Paris Normandie, …)  Pour l’association des Amis de la forêt (voir lettre du Cadeb de janvier 2016), l’objectif de l’obtention du statut de forêt de protection vise à faire en sorte que ces projets « respectent notre patrimoine commun ». De plus, la procédure de classement est aussi « l’opportunité d’engager une réflexion plus globale sur la gestion forestière pratiquée, les enjeux environnementaux ou l’accueil du public ».  Exprimée depuis 2003 par l’association, la demande de classement est au point mort. Relancée avec cette pétition, elle vient de recevoir le soutien du sénateur Gournac, qui a écrit au Ministre de l’agriculture en ce sens.

La forêt de Saint-Germain-en-Laye s’étend sur 3.500 hectares, à 20 km de Paris, dans les Yvelines. Longtemps propriété des rois de France qui y organisaient leurs parties de chasse, elle accueille environ 3 millions de visites par an.  La plupart des grandes forêts péri-urbaines d’Ile de France sont déjà des forêts de protection : Sénart (1995), Fontainebleau (2002), Fausses-Reposes (2007), Rambouillet (2009). Le classement de la forêt de Meudon semble en bonne voie.

> Pour signer la pétition

Carrières : une médaille pour le président des jardins familiaux

P1040500Lors de la cérémonie des vœux, Arnaud de Bourrousse, Maire de Carrières-sur-Seine, a remis la médaille de la ville à Michel Lefèvre pour l’ensemble de son action associative : un engagement de longue date,  notamment dans le domaine de l’environnement et au sein de son quartier des Alouettes.

Pour le président de « Nature en partage », association de promotion et de gestion des jardins familiaux, cette consécration bien méritée intervient en même temps qu’un belle avancée. Il vient de signer avec la ville une convention de mise à disposition  d’une parcelle de 200 m2 située en plein centre-ville, sur laquelle l’association va pouvoir réaliser deux jardins familiaux. Le résultat de neuf ans de démarches tenaces  à la recherche d’un terrain , denrée rare en ville. Le président poursuit ses contacts avec la ville, la communauté d’agglomération et le site de la Marine pour une mise à disposition d’autres terrains, plus vastes. Son objectif : répondre à la forte demande d’habitants vivant en collectif et désireux de cultiver leurs légumes, pour mieux se nourrir et retrouver un lien avec la nature. Tout un programme.

L’accès à la déchetterie du Sitru est modifié

carte sitruAfin d’assurer un accès exclusif aux administrés et de suivre au mieux les apports de chacun, le Syndicat Intercommunal pour le Traitement des Résidus Urbains de la Boucle de la Seine: (SITRU) a décidé la mise en place d’un contrôle nominatif de l’accès à la déchetterie. Une carte d’accès est exigée ainsi qu’une pièce d’identité. La carte, valable 2 ans, autorise à vider jusqu’à 3 tonnes de déchets par année civile dans la limite de 15 passages annuels. Pour se procurer la carte d’accès, deux solutions existent.  Par Internet,  à l’adresse : http://macarte.sitru.fr/. Prévoir un délai de traitement de 2 à 5 jours ouvrés.  Il est possible d’obtenir immédiatement sa carte, en se rendant dans les bureaux du SITRU, du lundi au vendredi 9h-12h 14h-17h30, 2 rue de l’Union à Carrières sur Seine, à côté de la déchetterie. Se munir des documents suivants : pièce d’identité, justificatif de domicile datant de moins de six mois, dernière taxe d’habitation.

Pour en savoir plus : http://www.sitru.fr/

Les arbres de la forêt de Saint Germain-en-Laye dépérissent

++display++533x533Pour l’ONF, le constat est alarmant. La forêt est en état de crise, le dépérissement touchant principalement les chênes et les hêtres. Les causes du mauvais état sanitaire des peuplements sont l’âge (en majorité les arbres ont plus de 150 ans), la tempête de 1999 qui a endommagé les racines, et la faible pluviométrie de 2003 à 2012. Pour remédier à cette situation, l’ONF a décidé d’intensifier les coupes de renouvellement de manière ciblée, en préservant autant que possible les paysages. La forêt domaniale de St Germain est en effet l‘une des plus fréquentée d’Ile-de-France avec 3 millions de visites par an.

> Pour en savoir plus : http://www.onf.fr/enforet/saint-germain/explorer/decouverte/20130828-133101-774969/++oid++4e3b/++conf++227875825/@@display_event.html

Abattage des arbres sur les talus SNCF : opération suspendue

AgfaPhotoLa SNCF avait prévu d’abattre la totalité des arbres sur les talus ferroviaires, entre Garches et Bougival, et ce à partir du 24 aout. Suite à la mobilisation des riverains et des associations de Bougival, avec le soutien du Cadeb, et à la demande des communes de Bougival et Garches, la SNCF a décidé de « surseoir à ces travaux » jusqu’à nouvel ordre. Le temps d’engager « une meilleure concertation » avec les riverains et les communes, a indiqué au Cadeb Philippe Durr, directeur de SNCF Réseau à Paris Saint-Lazare. En supprimant la végétation, la SNCF entendait s’attaquer aux incidents d’origine végétale, à savoir les chutes d’arbres sur la voie ou les caténaires, ainsi qu’à la perte d’adhérence suite aux feuilles qui se déposent sur les voies, « un phénomène plus difficile a combattre, et gravement pénalisant pour la régularité. »

Les riverains attendent qu’une solution raisonnable soit trouvée qui ne portera atteinte ni au paysage ni à la biodiversité très présente à cet endroit. Ils préconisent un élagage modéré et un entretien régulier que la SNCF ne veut pas assumer.

Pour le Cadeb, il faut trouver « un moyen de concilier les contraintes ferroviaires avec la protection de la nature et la préservation des paysages. »

Les associations bougivalaises proposent une pétition : https://www.change.org/p/monsieur-luc-wattelle-maire-de-bougival-monsieur-le-maire-de-bougival-refusez-l-abattage-par-la-sncf-de-tous-les-arbres-qui-longent-la-voie-ferrée